Rencontre avec Smaïl Mekki

malu33-rencontre-smail-mekkiPar Françoise Dupré.
J’ai retrouvé à l’heure de l’apéritif une figure bien connue des Montmartrois et des téléspectateurs, le comédien Smaïl Mekki, l’un des héros de la série télévisée Famille d’accueil. C’est au Nazir, la brasserie tabac de la rue des Abbesses, un de ses QG, que nous nous sommes retrouvés.
F.D. – Smaïl, vous habitez Montmartre depuis combien de temps ?
S.M. – Cela fait vingt ans que j’habite dans le 18e.
F.D. – Pourriez vous habiter ailleurs qu’à Montmartre ?
S.M. – Non, je crois que mon installation ici est définitive.
F.D. – Depuis combien de temps êtes-vous comédien ?
S.M. – Quarante-quatre ans exactement.
F.D. – Avez-vous eu la vocation ?
S.M. – Non, c’est le métier qui est venu à moi, par hasard, et j’aurais très bien pu en faire un autre… genre créateur de design, par exemple.
F.D. – Vous avez un rôle récurent dans la série Famille d’accueil. Pourriez-vous et aimeriez-vous signer la réalisation d’un épisode de cette série ?
S.M. – Non, car je préfère assumer pleinement mon personnage, et d’autres font ça mieux que moi ! Par contre, pour mon propre film, là personne ne peut être meilleur que moi !
F.D. – Dans cette série, votre personnage est un “gentil”. Aimeriez-vous jouer les méchants ?
S.M. – Oui, avec grand plaisir, ce sont des rôles magnifiques pour les comédiens et je suis certain que je m’y sentirais aussi à l’aise…
F.D. – Quelle chanson chantonnez-vous sous la douche ?
S.M. – “Youp la boum !” * de Maurice Chevalier.
F.D. – Avez-vous envie de jouer au théâtre ?
S.M. – Oui, d’ailleurs au mois de mars prochain je pars en tournée avec le théâtre de Toulouse pour jouer dans une pièce de et avec Virginie Lemoine.
F.D. – Qu’évoque pour vous le mot vacances ?
S.M. – Rien, je suis toujours en vacances. Le métier que j’ai la chance de faire me maintient en vacances permanentes et quand je ne tourne pas je me considère toujours en vacances, ici et maintenant…
F.D. – Que faites-vous en vous levant le matin ?
S.M. – Je fais pipi, puis je prends mon thé en pensant à l’endroit où je vais déjeuner.
F.D. – Et le soir en vous couchant, quelle est votre dernière pensée ?
S.M. – Quelle belle journée j’ai encore vécu là…
F.D. – Avez-vous une devise, et la mettez-vous en pratique ?
S.M. – Être attentionné à l’égard de mon prochain, au sens judéochrétien du terme, en essayant de m’y tenir…
F.D. – Comment vous voyez-vous dans dix ans ?
S.M. – Comme les autres, avec dix ans de plus.
F.D. – Vous avez réussi dans la vie, mais considérez-vous avoir réussi votre vie ?
S.M. – Non, parce qu’elle n’est pas finie et que je ne suis pas encore mort !
F.D. – Quels étaient vos rêves d’enfant ?
S.M. – J’étais heureux, donc je n’avais pas de rêves particuliers. D’ailleurs, ma mère m’a toujours connu heureux… À dix ans je l’étais comme je le suis aujourd’hui !
F.D. – Si vous deviez vous réincarner en animal, ce serait lequel ?
S.M. – Le chat.
J’ai quitté cet homme heureux depuis toujours et qui continue de l’être, respirant la joie de vivre, père de deux grandes filles, toujours célibataire, donc un coeur à prendre, réchauffée en ce début d’automne auprès de cet être si chaleureux et si humain…

Françoise Dupré
* Prosper, paroles de Géo Koger et Vincent Telly, musique de Vincent Scotto (1935),
chanson interprétée par Maurice Chevalier.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 3.9/5 (15 votes cast)
Rencontre avec Smaïl Mekki, 3.9 out of 5 based on 15 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*